LE SUBJONCTIF PRÉSENT

LE SUBJONCTIF PRÉSENT

Tous les parents souhaitent que leurs enfants soient heureux.

1. Formation du subjonctif présent

► Les terminaisons du subjonctif sont : e, es, e, ions, iez, ent

Les première et deuxième personnes du pluriel du subjonctif présent sont identiques à celles de l’imparfait de l’indicatif : nous mangions, vous buviez, et la troisième personne du pluriel du présent du subjonctif est identique à celle de la troisième personne du pluriel de l’indicatif : ils apprennent, elles lisent. Pour former le singulier du subjonctif, il faut prendre le radical de la troisième personne du pluriel du présent (apprenn-, lis-) et ajouter les terminaisons e, es, e.

Il faut que je parte avant que ta mère revienne.

Le radical peut avoir une seule forme (parle / parlions, manges / mangiez) ou 

deux formes (boive / buvions, viennes / veniez).

► Il y a quelques verbes irréguliers. Les terminaisons sont toujours les mêmes (sauf être et avoir), mais le radical change totalement ou en partie (les formes nous et vous se construisent sur l’im parfait avec aller, valoir, vouloir).

La terminaison de la troisième personne du singulier du verbe avoir est t et non e. 

J’aimerais qu’il y a it plus vacances.
Le subjonctif de il faut est qu’il faille et celui de il pleut est qu’il pleuve.

2. Les emplois du subjonctif présent

■ Que + subjonctif présent

Le subjonctif se trouve dans des propositions subordonnées introduites par que, après des verbes qui expriment quelque chose de subjectif.

► Les verbes de volonté (ordre, obligation), de souhait, de sentiments (la joie, l’étonnement, le regret, la crainte, etc.)

Viviane aimerait que tu ailles la voir mais il ne faut pas que tu te sentes obligé.
Je regrette que ce soit la fin des vacances.
Verbes de sentiments et de souhait les plus fréquents : adorer que, aimer que, apprécier
que, avoir envie [honte, peur…) que, craindre que, désirer que, détester que, être triste
(content, désolé, étonné, heureux, joyeux, honteux, surpris…) que, redouter que, regretter que, se réjouir que, souhaiter que, etc.

L’infinitif remplace généralement le subjonctif lorsque les verbes ont le même sujet ( Les complétives – L’infinitif) : Je suis triste de partir. Je suis désolé de vous quitter.

► Les verbes d’opinion, de jugement moral, de doute

  • Il est possible qu’il n’y a it déjà plus de place pour le concert.
  • Je doute que Rebecca dise la vérité.

► Verbes + à ce que

Le subjonctif se trouve normalement après les verbes qui se construisent avec à ce que (s’attendre, s’opposer, tenir…).

  • Je n’étais pas d’accord avec cette décision, je tiens à ce que vous le sachiez. 
  • Sabine s’attend à ce que sa banque lui refuse un prêt.

Principaux verbes qui se construisent avec à ce que + subjonctif : s’appliquer à ce que, s’attendre à ce que, consentir à ce que, conspirer à ce que, s’engager à ce que, s’évertuer à ce que, s’habituer à ce que, renoncer à ce que, se résigner à ce que, tenir à ce que, travailler à ce que, veiller à ce que…

Toutes les constructions avec à ce que ne demandent pas le subjonctif.

– S’il s’agit de quelque chose de réel, il faut l’indicatif (particulièrement si le verbe après à ce que est au passé) :

Elle a reçu beaucoup de cadeaux de ses enfants, elle tient beaucoup à ce que ses enfants lui ont offert (mais : elle tient à ce que ses enfants lui fassent des cadeaux).

Je ne m’oppose pas à ce que vous avez dit.

– Certaines constructions comme faire attention à ce que admettent l’indicatif (fait réel) et le subjonctif (volonté, but) :

Il ne fait jamais attention à ce que je lui dis. Il fait attention à ce que tout soit en ordre.

– Lorsque la construction avec à ce que est accidentelle (croire à ce que, penser à ce
que, etc.), il faut l’indicatif :

Je ne crois pas à ce que m’a prédit mon horoscope. Tu as pensé à ce que je t’ai dit ?

✓ Pour la différence, dans les propositions subordonnées introduites par que, entre
subjonctif et indicatif, w La proposition complétive.

■ Subjonctif présent dans les autres subordonnées

► Le subjonctif présent peut se trouver dans une proposition relative, il indique alors le doute ou une opinion subjective.

Y a-t-il quelqu’un dans la classe qui puisse donner la bonne solution ?
Je crois que votre proposition est la seule qui soit réaliste.

► Le subjonctif présent se trouve généralement dans des subordonnées de but (pour que, afin que… Le but) et de concession (bien que, quoique… La concession).

Julie a donné une couverture à son fils pour qu’il n ‘a it pas froid, (but)
Bien que ce livre soit ennuyeux, Edgar l’a lu jusqu’au bout, (concession)

► Il peut aussi se trouver dans des subordonnées de temps (avant que, jusqu’à ce que… Le temps) et de condition (à condition que, à moins que… La condition).

Dépêche-toi de rentrer avant qu’il fasse noir, (temps)

Nous partirons demain à moins que nous n’ayons un problème de dernière minute (condition)

► Il peut se trouver (mais plus rarement) dans des subordonnées de cause (ce n’est pas que, non que… La cause) et de conséquence (pas si.. que –» La conséquence).

  • Aurélie ne réussit pas à l’école. Ce n’est pas qu’elle soit stupide, c’est qu’elle est paresseuse. (cause)
  • Cet acteur n’est pas si célèbre que tout le monde le reconnaisse dans la rue. (conséquence) 

Principales conjonctions de subordination + subjonctif :

– but : afin que, de crainte que, de peur que, pour que…
– cause : ce n’est pas que, non que, soit que…
– concession : bien que, encore que, quoique…
– condition : à condition que, à moins que, pourvu que, pour peu que…
-temps : avant que, en attendant que, jusqu’à ce que…

■ Le subjonctif présent peut exprimer l’impératif présent

► Le subjonctif présent est utilisé pour exprimer l’im pératif présent aux troisièmes personnes. Il est généralement précédé de que.
Un étudiant voudrait vous parler. – Qu’il vienne demain dans mon bureau.
« Qu’ils me haïssent, pourvu qu’ils me craignent. » (Caligula)

▲ Il ne faut pas confondre la phrase exclamative (que + indicatif) et la phrase impérative (que + subjonctif). Lorsque l’indicatif et le subjonctif ont la même forme, le contexte (et l’intonation à l’oral) permet de différencier ces deux types de phrase :

Qu’il chante bien ! (indicatif : Comme il chante bien !) / Qu’il chante bien ! (subjonctif : Il faut qu’il chante bien.)

Le subjonctif peut exprimer l’impératif aux autres personnes avec le verbe pouvoir (inusité à l’impératif) : Puissiez-vous dire vrai !

► Que disparaît dans des expressions figées :
Vive le roi ! Vive la reine ! Vive la nation ! Dieu soit loué !

Fasse le ciel que tout se passe bien.

► Au style indirect, le subjonctif présent peut remplacer l’impératif présent du style direct (Le style indirect).

« Tais-toi ! » a demandé la mère à son enfant —> La mère a demandé à son enfant de se
taire / qu’il se taise.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *