LE TEMPS ET LA CONCORDANCE DES TEMPS

LE TEMPS ET LA CONCORDANCE DES TEMPS


Quand il me prend dans ses bras, il me parle tout bas,
je vois la vie en rose,
(chanson)


1. L’expression du temps

► Le temps peut être exprimé par des adverbes de temps comme alors, autrefois, bientôt, demain, dès lors, maintenant, tout à l’heure, etc.

  • Il est maintenant sept heures. Nadia va bientôt arriver.

► Il peut aussi être exprimé par des prépositions de temps comme à, après, avant, dans, de, dès, depuis, durant, en, jusqu’à, pendant, pour, etc. (** p. 87).

  • Dès neuf heures, Carlos a commencé à étudier. Il a étudié pendant trois heures.

► Le gérondif et le participe présent peuvent aussi servir à exprimer le temps.

  • En allant (Allant) à l’université, Antoine a rencontré Anne.

► Les conjonctions de temps indiquent un rapport de simultanéité (en même temps), d’antériorité (avant), de postériorité (après).

  • Lorsque Serge était jeune, il faisait beaucoup de sport, (simultanéité)
  • Après que les enfants étaient allés au lit, les parents dînaient, (antériorité)
  • Il rentrait chez lui avant que la nuit tombe, (postériorité)

Principales conjonctions de temps
alors que
aussitôt que
d’ici à ce que
pendant que
à peine … que
avant que
en attendant que
quand
après que
chaque fois que
en même temps que
tandis que
au fur et à mesure que
comme
jusqu’à ce que
tant que
au moment où
depuis que
lorsque
toutes les fois que
aussi longtemps que
dès que
maintenant que
une fois que
►Plutôt que de répéter une de ces conjonctions (sauf au moment où) dans une phrase, il est préférable de la remplacer par que.
Quand il avait le temps et q u ‘il ne pleuvait pas, il allait jouer au tennis.
■ Simultanéité
La simultanéité signifie que les actions (ou les états) se situent au même moment ou pendant la même période. Les conjonctions de temps qui marquent un rapport de simultanéité sont suivies de l’indicatif. Les plus fréquentes sont quandet lorsquequi expriment la simultanéité si les deux verbes de la phrase indiquent un même moment (dans le présent, le passé ou le futur).
Quand on sonne à la porte, le chien aboie.
  • Paul lisait quand le téléphone a sonné.
  • Quand elle était petite, Nora était souvent malade.
  • Il est sorti sans parapluie. Lorsqu’il rentrera, il sera trempé.

   Les conjonctions de temps aussitôt que (sitôt que), dès que insistent sur un moment précis, immédiat (deux actions se produisent simultanément).
  • Dès que je l’ai vu, le l’ai reconnu.

  Au moment où peut insister sur un moment précis, mais aussi indiquer une action en cours de déroulement.
  • je suis sorti au moment où la bagarre a commencé, (moment précis)
  • Il est arrivé chez moi au moment où je téléphonais, (déroulement d’une action)

  Pendant que, tandis que, en même temps que, alors que expriment que des actions sont en train de se dérouler en même temps.
  • Pendant que le petit garçon apprend ses leçons, sa sœur regarde la télévision.

   Comme (+ imparfait) peut remplacer alors que.
  • Comme (Alors que) je me promenais dans le parc, j’a i rencontré un ami.

  Aussi longtemps que, tant que indiquent que deux actions ont la même durée. Tu pourras rester ici aussi longtemps que tu le voudras.
   La conjonction au fur et à mesure que indique que deux actions progressent en même temps.
Valérie avait de plus en plus peur au fur et à mesure qu’elle s’avançait dans l’obscurité.
   Depuis que indique que deux actions ont commencé et se poursuivent en même temps.
Depuis qu’elle fait un régime, elle perd un kilo par semaine.
   Chaque fois que, toutes les fois que expriment la répétition, l’habitude.
Chaque fois que Corinne va au marché, elle achète des bananes.
La conjonction si peut aussi exprimer l’habitude (particulièrement si les deux verbes sont à l’imparfait ;. S i elle allait au marché, elle achetait des bananes.
  Antériorité
Les conjonctions qui expriment un rapport d’antériorité sont suivies de l’indicatif (le verbe est à une forme composée : auxiliaire + participe passé). Des conjonctions qui expriment la simultanéité peuvent exprimer l’antériorité si les deux verbes de la phrase indiquent un moment différent.
  • Dès q u ‘il avait fini de dîner, il allait faire une promenade.
  • Depuis qu’elle a fait un régime, elle se sent mieux.

Bill me téléphonera lorsqu’il sera arrivé.

 Après que etune fois que ne peuvent indiquer que l’antériorité. je te le dirai après qu’il sera parti.
  • Une fois que les clients avaient quitté le magasin, les vendeuses commençaient à nettoyer.

Si les deux verbes ont le même sujet, après que + indicatif devient généralement après + infinitif passé : Il fait la vaisselle après q u ‘il a dîné. —>Il fait la vaisselle après avoir dîné.


   Avec la conjonction à peine … que, il y a inversion du verbe et du pronom personnel sujet si cette conjonction est en tête de phrase.
  • À peine Fabrice était-il rentré de voyage q u ‘il est tombé malade. Mais : Fabrice était à peine rentré de voyage q u ‘il est tombé malade.


En français familier, à peine est remplacé par la négation: Il n’était pas rentré de voyage qu’il tombait malade.
Postériorité
Les conjonctions qui expriment un rapport d’antériorité sont avant que, en attendant que, d’ici à ce que, jusqu’à ce que. Elles sont suivies du subjonctif. Ne partez pas avant que je revienne.
  • Armand lit un journal en attendant que le train arrive.
  • Il se passera beaucoup de temps d’ici à ce que la loi soit appliquée.

Avant que et enattendant que deviennent avant de et en attendant de + infinitif si le sujet de la subordonnée est aussi celui de la principale :
Je n’irai pas au travail avant d’être guéri. En attendant d’aller mieux, je reste chez moi.
Avant que peut être suivi d’unne explétif  : Je ne partirai pas avant que tu nereviennes.

La  concordance des temps

►Lorsqu’il n’y a pas de conjonction de temps, les rapports de simultanéité, d’antériorité et de postériorité sont marqués par le temps des verbes.
En bleu, les temps qui ne s’utilisent qu’à l’écrit en langue soutenue ou littéraire.

►Lorsque le verbe de la proposition principale est au présent, il est possible d’exprimer l’antériorité dans la proposition complétive avec le plus-que-parfait et le futur antérieur.
  • je crois qu’il l’avait prévu. Je pense qu’elle l’aura oublié.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *